Penser Système et santé – Fragilité des personnes âgées


Les pôles Cancer-Bio-Santé et Aerospace Valley, en partenariat avec le CHU de Toulouse, ont organisé un Teatime  « Penser-Système appliqué à la santé » le lundi 17 octobre de 17h à 19h à la Cité de la Santé La Grave à Toulouse.  

La pratique médicale peut consister à répondre à un problème simple et unique, tel le cas d’une pathologie aigue. Cependant elle doit de plus en plus affronter des situations complexes et chroniques, survenant au sein de populations vieillissantes. Notre organisme est un système complexe, qui interagit avec des systèmes environnementaux multiples (familial, social, professionnel, économique…).

Partant d’une question apparemment unique, le raisonnement sera multifactoriel, puis la solution plurielle ou composée d’alternatives. Le Médecin le sait et le redoute car il dit bien que la Médecine n’est pas une Science mais un Art .

Le Penser Système permet certainement l’abord scientifique de cet Art.

Au fil du temps, l’ingénierie système s’est imposée dans diverses industries, notamment dans l’aéronautique, l’espace et la défense. Elle permet de mieux appréhender les systèmes complexes, en les examinant sous plusieurs angles : structure, comportement, pilotage, sécurité, maintenance, fin de vie.

Ce teatime a invité les participants à découvrir une nouvelle approche des systèmes socio techniques et en particulier du système de santé par le Penser Système prérequis de toute ingénierie, de toute prise de décision et de prise de risque. Cette approche place l’humain au cœur de situations à traiter en associant des aptitudes en savoir-être à une maîtrise de pratiques d’ingénierie système.

L’exploration de la carte mentale du Penseur Système a servi de fil conducteur pour adresser un fait de société, celui de la fragilité des personnes âgées.

Le rapprochement et la fertilisation croisée qui pourrait s’établir entre les acteurs de la santé et les experts en Penser Système et Ingénierie Système permettrait de relever plusieurs défis :

Adapter des méthodes de l’industrie à cette situation où l’objet que l’on manipule est un organisme vivant (aussi bien le patient que le praticien) doté d’intelligence, d’aptitudes sociales, d’un pouvoir de décision, d’une culture ;

Organiser le continuum de la santé et du parcours de soin ;

Etre capable de définir des indicateurs de la e-santé et de mettre en exergue le rôle des plans de prévention et de réduction de risques

Etre capable d’adresser les impacts de la e-santé sur les évolutions du cadre juridique

Un premier atelier sur le sujet pose déjà un certain nombre de questions que nous partagerons avec vous lors de ce teatime.

Une approche globale de la santé : une des missions des laboratoires Pierre Fabre

« Nous prenons soin de l’Homme dans sa globalité et sa diversité.

Pour cela, nous imaginons et développons des solutions novatrices contribuant à son mieux-être, de la santé à la beauté../… » Pierre Fabre

« La santé est un tout.

Elle ne se résume pas à l’absence de maladie ou d’infirmité : elle inclut l’harmonie et l’image que chacun a de lui-même. Comme l’a exprimé l’Organisation Mondiale de la Santé, elle est un état de complet bien-être, social et mental. Notre entreprise (laboratoires Pierre Fabre) s’est donnée l’ambition d’accompagner la demande de soin dans une démarche globale allant de la santé à la beauté. Cela l’a conduit à bâtir une recherche tournée vers l’anticipation de nouvelles solutions tant dans le domaine médical que cosmétique. Malade ou en bonne santé, de la naissance à la fin de vie, hommes, femmes et enfants…les produits Pierre Fabre s’adressent à tous. » (Extrait du site de Pierre Fabre)

 

 

Le « Connected Health Lab »

Implanté au cœur de l’école d’ingénieurs ISIS (Informatique et Systèmes d’Information pour la Santé), à Castres, en région Midi Pyrénées,  le « Connected Health Lab » offre sur plus de 200 m2 un véritable laboratoire des pratiques et des usages de la e-santé. Sa mission première : favoriser les passerelles entre chercheurs, industriels, start-up innovantes et communauté d’usagers.

Inauguration du « Connected Health Lab » en octobre 2015

 

Le cancer vu comme une maladie systémique

Exemple d’approche « Penser Système » où une remise en question de modèle mentaux, en particulier du rôle de l’inflammation dans certaines maladies comme le cancer est développée dans ce papier paru en 2004 dans le « Journal of Inflammation » (revue anglaise).

Cancer, inflammation and the AT1 and AT2 receptors
Auteurs: Gary Robert Smith and Sotiris Missailidis

Le rôle critique joué par une inflammation inappropriée dans de nombreuses maladies humaines (telles que les maladies cardiovasculaires, les maladies auto immunes et inflammatoires, les maladies neurodégénératives, les infections et le cancer) est de plus en plus reconnu. Ce papier s’appuie sur des études cliniques et sur la littérature pour proposer une thérapie permettant de faire régresser des tumeurs solides, cancéreuses.


 

La septicémie (sepsis) : un problème de santé publique – Quel lien avec le Penser Système?

Lors de la conférence ISSS2015 ce sujet a été traité pendant la session « Knowledge and Systems Science » par les deux représentants de l’INCOSE Brigitte Daniel Allegro et Gary Smith au cours de l’atelier « Mind Mapping Systems Thinker’s Attitudes facing a Sepsis Problem« .

 

 

Avez-vous entendu parler de l’Anthropocène ?

L’International Society for the Systems Science (ISSS) a organisé début août 2015, à Berlin,  une conférence sur le thème suivant : « Gouverner l’Anthropocène: le plus grand défi pour pratiquer  le Penser Système« .

Durant cinq jours conférences et ateliers ont abordé ce thème sous les angles de systèmes socio-écologiques,  de l’éducation, des changements d’organisations, des systèmes d’informations, de la connaissance et de la science des systèmes, de l’ingénierie système, de la modélisation et de la simulation, des systèmes de santé.